Empreinte carbone logement : tout comprendre

Empreinte carbone logement : tout comprendre

Qu’est-ce qu’une empreinte carbone ? Comment la calculer et comment la réduire ? Découvrez notre guide pour tout comprendre de l’empreinte carbone !

Limmobilier écologique passe aussi par la mesure de l’empreinte carbone d’un logement. De manière générale, celle-ci représente la quantité de gaz à effet de serre émise. Elle permet d’évaluer les ressources naturelles consommées par l’Homme. L’Agence pour la transition écologique (ADEME) considère que l’empreinte carbone prend en compte plusieurs domaines, comme l’alimentation, le logement et le numérique. Mais le logement influe également en grande partie sur elle. L’immobilier est un investissement responsable et écologique : il est donc essentiel d’adopter une attitude en conséquence, que l’on soit locataire ou propriétaire d’un logement.


Qu’est-ce que l’empreinte carbone d’un logement ?


L’empreinte carbone d’un logement est définie par les habitudes de consommation de ses occupants, mais pas seulement. Elle prend en compte toute sa durée d’exploitation, mais aussi de construction. Elle permet de mesurer l’impact écologique de l’habitat en fonction de la quantité d’émissions de dioxyde de carbone émise. Elle aide également les ménages à comprendre quels équipements émettent le plus de gaz à effet de serre, pour changer leurs habitudes, investir dans des appareils moins énergivores, et, si besoin, opter pour une rénovation énergétique pour améliorer les performances de l’habitat et rendre le logement écologique
 

Comment calculer l’empreinte carbone de son logement ?


L’ADEME propose un outil de calcul de l’empreinte carbone du logement. Celui-ci se base sur plusieurs critères, comme le type et la date de construction du logement, les matériaux utilisés pour sa construction et la gestion des déchets. 


Plus précisément, il est nécessaire de comptabiliser les émissions de gaz à effet de serre produites par :
 

  • Le type de chauffage ;
  • L’eau chaude sanitaire ; 
  • Les appareils de climatisation ;
  • L’éclairage ;
  • L’ensemble des appareils électriques.

 

Forcément, l’empreinte carbone sera plus ou moins élevée en fonction de la zone géographique où le logement se situe. Dans les régions particulièrement froides et chaudes ou dans les programmes immobiliers neufs du bord de mer, l’utilisation du chauffage et de la climatisation sera plus importante.


L’ADEME a mis à la disposition des Français un outil pour calculer leur empreinte carbone dans différents domaines. Sur ce site, les personnes qui le souhaitent pourront découvrir l’impact de leurs habitudes de consommation sur l’environnement, dans les domaines de l’alimentation, du transport, des services publics, du numérique, mais aussi, bien sûr, du logement.


Pour aider les investisseurs à trouver un logement dans un immeuble écologique, le label bâtiment bas-carbone met également en avant les logements à l’empreinte carbone exemplaire.


Quelle est l’empreinte carbone moyenne d’un logement en France ?

 


Chaque mois, l’Insee publie une estimation de l’empreinte carbone de la consommation des ménages français. En 2019, l’empreinte carbone globale par personne avoisinait 10 tonnes de CO2 par an.


Une étude de 2020, réalisée par Citepa, Eurostat, et l’Insee et relayée par le site du gouvernement, estime que l’empreinte carbone d’un logement s’élève à environ 2,4 tonnes de CO2 par personne. Cette étude démontre aussi que la majorité de ces émissions est liée au chauffage et à la consommation d’électricité. Ainsi, un programme immobilier neuf à Lyon n’aura pas la même empreinte carbone qu’un logement situé dans une ville du bord de mer. 


Pour rappel, l’Union européenne s’est engagée à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. L’objectif étant que l’empreinte carbone d’une personne n’excède pas 2 tonnes de CO2 par an. 


À terme, l’immeuble écologique du futur s’inscrira dans une démarche globale de respect de l’environnement. En misant sur des dispositifs intelligents capables de réduire notre consommation énergétique (grâce à la domotique, notamment), il devrait participer à la concrétisation de cet objectif de neutralité carbone. 


Comment réduire son empreinte carbone ?


Pour réduire son empreinte carbone, il faut tout d’abord la mesurer correctement. Après avoir passé le test sur le simulateur de l’ADEME, de bonnes résolutions doivent être tenues pour minimiser l’émission de gaz à effet de serre au quotidien au sein de l’habitat. 


Pour réduire son empreinte carbone, il est essentiel :
 

  • D’améliorer les performances énergétiques du logement, en misant sur une isolation thermique efficace ou en optant pour un chauffage à bois pour les programmes immobiliers neufs à la montagne, par exemple ;
  • De privilégier les fournisseurs d’énergie verte qui proposent des gaz composés de biométhane ou des énergies renouvelables et donc peu polluantes ;
  • D’utiliser le moins possible le chauffage et la climatisation (à l’intérieur du logement, la température idéale recommandée est de 19 °C) ;
  • De veiller à maintenir des fenêtres et des portes parfaitement étanches ;
  • De choisir des équipements de classe énergétique A, A++ ou idéalement A+++ ;
  • De remplacer les vieux appareils électroménagers, qui ont tendance à être très gourmands en énergie ;
  • D’opter pour des ampoules à LED pour l’éclairage du logement.

 

Il est aussi recommandé d’entretenir les radiateurs et la chaudière. Celle-ci doit être régulièrement révisée, voire remplacée par un modèle plus récent, pour être moins énergivore. Les radiateurs à eau doivent être purgés une fois par an, avant leur utilisation. Veillez aussi à ce que vos équipements de chauffage ne soient pas recouverts de poussière, cela entraverait leur efficacité. 


Aussi, les bains consomment presque trois fois plus d’eau qu’une simple douche. Pour réduire votre empreinte carbone, évitez donc d’utiliser l’eau trop longtemps.


Dans la mesure du possible, essayez d’utiliser plus rarement les appareils qui consomment le plus, comme le sèche-linge. Les programmes « éco » de certains équipements électroménagers permettent aussi de faire des économies d’énergie considérables. Ils peuvent réduire quasiment de moitié la consommation électrique et la consommation d’eau.
Récupérer l’eau de pluie permet aussi de minimiser votre consommation d’eau. Investissez dans des cuves de stockage et utilisez-la pour arroser vos plantes ou laver votre voiture. 


Lorsque vous vous absentez, pensez aussi à débrancher les chargeurs de vos appareils des prises électriques. Certains équipements, qui restent en veille (comme la télévision), consomment de l’énergie sans que vous le sachiez. L’usage d’une multiprise dotée d’un bouton marche-arrêt pourra être utile pour éteindre tous ces équipements en même temps lorsque vous ne vous en servez pas.